sante Joye Femme forêt

Une femme MAT en moi ?

Je flâne, les poches délabrées, la robe toute rapiécée, les chaussettes bariolées, tombantes, sous le ciel splendide.

Oh lala que de paix j’ai rêvé, que d’amour j’ai vibré, que de rires j’ai partagés!

Mon sac a un large trou dessous, exprès: il sème toutes sortes d’émerveillements indicibles, glânés par-ci par-là, en suivant le petit oiseau bleu de mon enfance, ma transcendance. 

Un bandonéon éternel chuchote dans les arbres, caresse mes cheveux cendrés, courtise mon âme. Et mon coeur communie son tempo dans le flux de mes pas.

La Source diffuse brumes et rosée, et le vent enchante de vigueur la forêt sublime, comme un vieux violoncelle ouvre un chemin incertain et familier, permet des harmoniques argentins et dorés, intimes.

Les pieds usés, blessés, rouges, qu’importe ! Je suis Vie et célébrations ! Oh coeur ardant! Oh joie !

Ici et maintenant, dansons d’éternité et de beauté, ensemble.

Frédérique

(ces mots sont tombés sur une page blanche lors d’une invitation à trouver le conte de son âme, en 2017)

sante Joye