Le conte des gros cailloux Sante-Joe

Le conte des gros cailloux

Un jour, un vieux professeur fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps, à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord- américaines. Ce cours constituait l’un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux professeur n’avait donc qu’une heure pour «passer sa matière».

Debout, devant ce groupe d’élite qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner, le vieux professeur les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience ».

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux professeur sortit un immense pot de fleurs vide qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot.
Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :  «Est-ce que ce pot est plein ?».
Tous répondirent : « Oui ». Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? ».

Alors, il se pencha de nouveau et sorti de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux…. Jusqu’au fond du pot.
Le vieux professeur leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : «Est-ce que ce pot est plein ?». Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondit : « probablement pas » ! « Bien ! » répondit le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une mesure de sable.
Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda : » est-ce que ce pot est plein ? »
Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent « Non ! ». « Bien ! » Répondit le vieux professeur.

Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.

Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? ».

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours répondit : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire ».
« NON » répondit le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite…. ».
Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le vieux professeur leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé, votre famille, vos ami(e)s, réaliser vos rêves, faire ce que vous aimez, apprendre, défendre une cause, vous relaxer, prendre le temps ? Ou… tout autre chose ? Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ce qui est très importants en premier dans sa vie (les gros cailloux). Si on donne la priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question :

« Quels sont les fondamentaux de votre vie ? …ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie) ».

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

les pierres Sante-Joye

La gestion des émotions

Envie d’une aide professionnelle ?L’accompagnement Santé-Joye a pour vocation de vous écouter et de vous permettre de clarifier vos besoins, vos motivations et la direction que vous aspirez à suivre dans votre vie. 

Une écoute de qualité, de bonnes questions, des options, un bon feedback ramènent le calme et un sentiment d’équilibre dans sa vie. 

Il est important de mettre à jour ce qui est épanouissant pour vous et ce qui nourrit votre allant et vos valeurs.

Avec le soutien bienveillant de ce dialogue juste pour vous, vous entreprendrez un chemin respectueux vers vous-même en mobilisant des ressources utiles. Ce chemin respectueux développe la confiance en soi, l’assurance et des performances.

Il ne s’agit pas d’une thérapie, ni d’une psychothérapie, mais d’une aide circonstancielle vers une mise en oeuvre de changements observables dans la vie quotidienne. Elle peut se traduire en un rendez-vous ou plusieurs, selon les besoins de la personne. 

Qu’est-ce qui vous apporte de la joie et de l’épanouissement ?

Comment un coquillage transforme une expérience vécue

Un jeune homme âgé de 16 ou 17 ans arrive dans mon bureau. Grand, maigre, quelques boutons sur le visage, les larmes aux yeux, cet adolescent, fils unique, me raconte les tensions multiples vécues entre ses parents et sa grand-mère qui vivent tous sous le même toit.

Je lui demande ce qu’il a déjà tenté pour aider la situation. Et j’entends à ses réponses comment il a su déployer de multiples ressources. Devant ce constat, que je lui restitue, je lui dis que moi-même je ne saurais pas quoi faire de plus.

Et je lui propose, qu’à la prochaine fois où il ira au bord du lac pour aller à l’entraînement, il prenne le temps de choisir un objet, qui ne devra pas être nécessairement joli, mais qui trouvera agréablement sa place dans sa paume et qu’il mettra dans sa poche en pensant le mot AMOUR.

Furieux, il me rétorque qu’il est beaucoup trop rationnel pour faire quelque chose comme ça. Avec douceur, je lui fais observer que dans la rationalité il a tout tenté et qu’il  peut peut-être, sans aucune obligation, essayer cette authentique idée folle et voir si elle change quelque chose dans sa réalité. Il quitte mon bureau, dubitatif.

Dix jours plus tard, il pose un coquillage sur ma table et dit : « je n’y comprends rien, ça m’énerve, mais ça marche. »

Je ne l’ai pas revu, mais chaque fois que nous nous sommes croisés, il m’a adressé un clin d’oeil en souriant.

Chemin de vie Sante-Joye